SPIRITUEUX
L’image rajeunie de la Verveine du Velay


Étiquettes et bouteilles relookées, la liqueur élaborée par la distillerie Pagès du Puy-en-Velay en Auvergne vient de décrocher une médaille d’or à l’International Spirits Challenge de Londres pour la version Gold. Cette dernière récompense s’harmonise avec la réputation de la distillerie familiale classée « Site remarquable du goût » en association avec la lentille du Puy et fait partie du cercle des entreprises du « Patrimoine vivant ».

Ce « coup de jeune était nécessaire car l’habillage ne fonctionnait pas à l’export » explique Eli-Arnaud Denoix, directeur marketing Pagès Vedrenne. Le corps de la bouteille affiné « pour faciliter la prise en main », sort d’une usine verrière tchèque, un envol de feuilles de verveine dorées sur le verre apporte la touche premium. Le poids de la bouteille diminué, allège ainsi les coûts de transport à l’exportation. La découpe des étiquettes rappelle le relief de la région du Puy-en-Velay, tandis que la marque et son logo restent inchangés « permettant une évolution dans la douceur. » Le projet de relookage a été mené avec une agence de Beaune et les étiquettes conçues avec l’imprimerie Autajon.
La liqueur est élaborée dans la distillerie Pagès du Puy-en Velay à partir de verveine cultivée et récoltée en partie sous le contrôle de la maison. Après cinq à dix ans d’élevage en fûts de chêne selon la référence, la liqueur est expédiée sur le site de Nuits-Saint-Georges pour le conditionnement et l’expédition. La production actuelle de 80 000 bouteilles de Verveine est commercialisée à l’export à hauteur de 5 %, un taux encore faible en comparaison avec les 50 % de la production du groupe exportés. « Tout reste à faire avec la verveine » commente Elie-Arnaud Denoix, l’engouement pour les cocktails dans les pays anglo-saxons et au Nord de l’Europe ne se dément pas.

La distillerie fait partie du groupe familial Pagès Vedrenne dirigée par Jean-Pierre Cointreau et qui réunit les marques Salers 1885, Noyau de Poissy 1698, Fraise des Bois Dolfi 1895, Maurin Quina 1884, enfin Liqueurs et sirops Vedrenne 1923. Le groupe compte 100 salariés sur quatre sites de production et produit 5 millions de cols par an pour un chiffre d’affaires de 21 millions d’euros.